Rénover mon hôtel

Rénovez et embellissez votre hôtel pour améliorer le standing et développer votre clientèle

Sécurité de l’hôtel : quels sont les risques et comment les éviter ?

14 octobre 2019

Les établissements hôteliers sont classés dans le régime des ERP (Établissements Recevant du Public) sous la catégorie « O ». Ainsi, ils répondent à des normes de sécurité rigoureuses, qui veulent protéger le client de tous les risques qu’il peut encourir : incendies, intrusions, vols…

Sécurité incendie : réglementation et réduction du risque à l’hôtel

Les obligations légales pour réduire les risques

Ayant fait l’objet de certains ajustements au cours des dix dernières années, la législation exige désormais que les détecteurs de fumée à l’hôtel soient installés, non seulement dans les pièces à risque (types lingeries, bagageries, réserves), mais également dans les chambres. En effet, la sécurité de l’hôtel et de ses clients est sous la responsabilité de l’exploitant.

Les aménagements de sécurité incendie

L’installation des détecteurs de fumée (dans chaque chambre d’hôtel et les parties communes) est à réfléchir lors de l’aménagement de l’hôtel. Selon la capacité de votre établissement, il peut vous être demandé de cloisonner votre cage d’escalier ou d’en construire un second pour faciliter l’évacuation. Enfin, pensez à disposer des blocs-portes et des pare-flammes, surtout dans les pièces à risque.

Les mesures préventives à observer

Pour faciliter l’évacuation en cas d’incendie, il est nécessaire d’assurer la surveillance de l’hôtel, même de nuit, par un personnel formé, a minima, deux fois par an. Pour prévenir des risques de départ de flammes, pensez à utiliser l’affichage des consignes de sécurité, la signalisation, etc. À noter que le plan d’évacuation (conforme aux normes de sécurité de l’hôtel) doit être présent dans chaque chambre, ainsi que dans toutes les parties communes.

Les autres facteurs de risques : les obligations légales et les précautions à prendre

La réglementation en matière d’infractions et de piscines 

L’hôtelier est responsable de vos biens et autres effets durant tout votre séjour, et cela, à hauteur de « 100 fois le prix d’une nuit d’hôtel pour les objets volés ou endommagés dans l’établissement ou pour le vol du véhicule garé sur le parking privé de l’hôtel, et à 50 fois le prix d’une nuit d’hôtel pour le vol ou la détérioration des objets laissés dans le véhicule garé sur le parking privé de l’hôtel ».[1]

Si l’établissement possède une piscine, les règles en matière de surveillance des bassins ne sont pas applicables. Libre à l’exploitant de décider s’il souhaite ou non engager un maître-nageur sauveteur.

Les aménagements de l’hôtel pour diminuer les risques de vol

Une caméra de surveillance peut contribuer à dissuader les vols : cette option est à réfléchir lors de l’agencement de l’hôtel. Cependant, ces installations ne peuvent pas se situer n’importe où : interdites dans les chambres, elles doivent être posées dans les zones à risque et les parties communes (réception, piscine, couloirs, sorties de service, parking, entrée, etc.) À noter que la loi RGPD s’applique aussi aux enregistrements vidéo d’une caméra de l’hôtel.

Il est également possible d’installer des serrures de porte spéciales (à carte magnétique notamment) ainsi que des coffres-forts dans les chambres.

En respectant les obligations légales et en prenant des dispositions adaptées et cohérentes, l’exploitant limite les risques d’incendie, de vol et d’infractions, offrant aux séjours de ses clients toute la sécurité attendue.

S’INSCRIRE À LA NEWSLETTER